Desperate Networks, de Bill Carter

La télévision américaine (car c’est de cela qu’il est question aujourd’hui) a énormément évolué ces dernières années, principalement à cause de l’évolution de la consommation. À l’image de toutes formes culturelles ou presque, un ouvrage qui lui est dédié est forcément dépassé au moment même où il arrive en vente. Autant dire alors que c’est le cas quand on se retrouve à lire ledit livre quelques années plus tard.

Ce n’est pas pour cela que le livre n’est ni pertinent, ni intéressant. C’est même le contraire pour Desperate Networks, car si le temps a passé et que, comme le trace très rapidement le dernier chapitre, des évolutions majeures étaient en train de prendre place, cela n’enlève rien à l’histoire qui s’est jouée avant et qui révèle énormément comment on se retrouve où on est aujourd’hui. Entre 2006 et 2011, il n’y a pas eu de gros bouleversements d’ordres à la tête des chaines, donc le livre nous mène dans une certaine limite assez bien à la situation d’aujourd’hui : la chute de NBC et la prise de pouvoir de CBS. Au milieu, le succès de ABC qui a accompli le miracle de lancer 3 hits la même saison : Desperate Housewives, Grey’s Anatomy et Lost.

C’est vers cette saison 2004-2005 que Bill Carter est tourné, et nous retrace le cheminement, de la fin de Friends, de l’installation de Zucker chez NBC, à la lente construction de CBS par Leslie Moonves, le succès de la télé-réalité via Survivor et American Idol, les aventures incroyables de Marc Cherry pour lancer Desperate Housewives, comment ABC est passée à côté de tous les hits, les renvois de gens fortement intelligents (!), les mauvaises décisions, les luttes pour imposer des programmes, et les coups de chance, la recherche sans fin pour dégoter la série qui va faire un carton.

Même si la télévision reste en ébullition, et cherche encore à s’adapter (c’est sans fin de doute façon), rien n’est plus fascinant que ceux qui la font, et ce sont eux qui font le livre, épaulé par le style de Bill Carter, agréable, fluide, intelligent, avec quelques agréables notes d’humour. Un récit bien mené qui emporte dans les coulisses, ne laissant pas grand-chose de côté, y allant même sur quelques caprices de stars et sur des négociations peu reluisantes.

Je suis rarement emportée par ce genre d’ouvrages, même pertinent, mais Desperate Networks possède un sujet qui se construit autour d’hommes et de femmes intelligents, passionnés, qui en veulent et qui se battent pour le succès et/ou la qualité – avec la pression inévitable du medium qui se doit de rapporter de l’argent, un paramètre qui fait toute la différence.

La série télévisée étant mon sujet, je ne saurais dire si celui qui ne s’y intéresse pas pourrait trouver dans le livre un intérêt, mais quoi qu’il arrive, le livre dépeint à merveille ce qui se déroule dans les coulisses des chaines qui décident à la dernière minute ce qui va être ou non sur la grille du programme.

Desperate Networks de Bill Carter, publié aux éditions Broadway Books en mai 2007 (réedition) / 409 pages.

Les livres lus en VO seront indiqués par ce beau logo ci-dessus, que Bladelor a bien gentiment accepté de me laisser emprunter !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s