Powers: The Definitive Collection Vol. 4 (Hardcover)

Sorti fin d’année 2010, je viens donc de mettre un point final à ma lecture de Powers : The Definitive Collection Vol.4 qui réunit les volumes 8 à 10 de la série, soit Legends, Psychotic et Cosmic.

Le précédent s’était terminé avec Deena Pilgrim à l’hôpital et une loi rendant les Powers illégaux – et devant donc être déclarés. Bien entendu, si les super-héros respectent, ce n’est pas le cas des super-vilains, ce qui crée un peu le bordel. Cela m’a légèrement fait penser à Civil War, mais ce procédé se trouve aussi dans Watchmen et dans d’autres séries (dixit Wikipedia, oui je n’ai aucune honte !).

Quoi qu’il en soit, l’absence de Pilgrim permet alors de nous replonger en même temps qu’elle dans le nouveau contexte après l’élimination pure et simple d’un flic régulier de la série (et c’est juste énorme). Le duo Pilgrim/Walker repart donc sur le terrain, mais ce volume va se montrer particulièrement sadique avec Deena qui, à peine de retour, va se faire kidnapper.

Autant dire qu’on ne rigole pas dans Legends, aussi marqué par le retour de Retro Girl, ou devrais-je dire d’une jeune femme qui reprend le flambeau. Cela permettra pendant les deux premières histoires de donner à Walker des interactions différentes. D’ailleurs, le personnage s’ouvre doucement au monde et ce qui se passe dans ce volume – suite aux dernières révélations qu’on a eues sur lui – lui offre une nouvelle direction, et pas des moindres ! Du positif pour Walker, car Pilgrim s’en prend encore plein la gueule, mais d’un autre genre, car elle ne va pas ressorti indemne du kidnapping, se mettant à son tour à avoir des pouvoirs, et ce qui va la pousser accidentellement à faire quelque chose de tragique. On joue avec la ligne de la légalité et de la façon dont la détective parvient à encaisser. Le tout en conservant son honnêteté a toutes épreuves, qui reste l’une des plus grandes qualités de la série.

Tous les petits trucs classiques à Powers sont là, le retour de presse et du public, etc. Un bémol profond sur l’intervention de gens sur une petite scène dans la dernière histoire. Le genre d’excuse pour nous balancer des discours sur l’existence et tout le tralala. Certains sont juste barbants (heureusement très courts), tout particulièrement un.

Ce volume se montre donc vraiment  intense du côté de Deena Pilgrim sans lui enlever son sens de la répartie, en même temps que la série parvient à faire monter les enjeux pour les super-héros – en tout cas pour Walker. Une direction qui devrait clairement permettre de singulièrement enrichir la série, et qui à ce stade de vie, arrive au bon moment. Il y a donc un bon lot de surprises au menu. Dans l’ensemble, c’est donc toujours excellent. Il n’y a pas de raison que cela change !

Maintenant, il ne reste plus qu’à attendre jusqu’à la sortie du prochain … Cela se lit bien trop vite !

Powers: The Definitive Collection Vol. 4 (Hardcover) de Brian Michael Bendis et Michael Avon Oeming. Publié chez Marvel Comics / 600 pages.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s