Le retour estival de Farscape sur mon écran

Cette année, j’ai l’impression que l’été ne sera pas particulièrement riche en nouvelles séries télévisées. Autant, il y a des années où j’avais l’impression de crouler sous les épisodes à regarder, autant ce n’est pas le cas pour 2011. Pour le moment, j’avoue avoir un certain faible pour Suits et Wilfred s’annonce au moins sympathique. Il y a bien sûr les retours et des séries dont je me fiche éperdument.

J’avais de toute façon prévu de me (re)lancer dans la quatrième et dernière saison de Farscape. J’ai recommencé mon intégrale de la série l’été dernier et en toute logique, je devrais l’achever avant la rentrée – mini série comprise.

Je ne suis pas de nature à enchainer jusqu’à plus faim un programme. J’ai des difficultés à faire des marathons et je suis incapable de délaisser toutes mes activités au profit d’une seule occupation, quelle qu’elle soit. C’est étrange, car je tends à penser être passionnée, mais cette forme de dévotion m’échappe totalement.

Farscape reste la série que j’ai le plus visionnée. Le problème qui se pose arrivé à un certain point est que je connais trop bien les épisodes. Je serais bien incapable de réciter les dialogues par coeur, mais peut-être est-ce car mon cerveau ne fonctionne pas ainsi. C’est valable pour approximativement tout. Je ne récite pas, mais je me souviens. Cela finit par gâcher le plaisir.

Je sais que la saison 3 de Farscape est la plus réussie de la série. Mais, à l’image des deux précédentes, j’en suis arrivée à un point où je le sais plus que je ne le ressens, car je la connais trop bien. Or, ce qui prime pour moi reste l’émotion. C’est la sensation qui s’inscrit dans ma mémoire et c’est elle que j’aime retrouver quand je me replonge dans une oeuvre que je connais. Pour cette raison, je crains parfois de revisiter quelques créations de peur de la déception de ne pas retrouver cela – ce qui m’est déjà arrivé – et de perdre ce que je chéris tant.

La saison 4 de Farscape a l’avantage d’être la dernière, ce qui fait que je l’ai moins vu que les précédentes. Je connais sa qualité, ses défauts, les épisodes que j’aime et que je n’aime pas. Il n’empêche que je retrouve réellement ce sentiment de nouvelle découverte, cette envie de me jeter plus intensément dans le revisionnage car l’émotion se fait palpable. J’ai oublié les détails, à quel point Sikozu était bien écrite, que certaines situations étaient si drôles ou si tristes. Encore et toujours l’imagination qui transpire de la série. Tout ce qu’il faut pour ne pas oublier pourquoi je l’ai vu tant et tant de fois.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s