(Re)lire Powers #3 : Little Deaths / Annual #1

Little Deaths est la troisième story-arc de Powers et elle s’appelle Groupies en France. Walker et Pilgrim enquêtent sur la mort de Olympia, qui a été retrouvé nu dans un appartement miteux.

Après Roleplay, je dois bien dire avoir trouvé Little Deaths bien meilleur. Il est évident que la série trouve son rythme et son style. Deena Pilgrim et ses répliques crues et pas réfléchies volent dans tous les sens. Ses interrogations au sujet de la vie passée de Walker en tant que Diamond apportent une réelle dimension à leur relation qui se développe. On sent bien qu’une certaine confiance s’est installée (autant qu’on peut en avoir l’impression avec Walker) et cela lui offre plusieurs opportunités pour fournir de l’humour.

Little Deaths exploite à travers la mort d’Olympia le phénomène des groupies qui couchent avec les super-héros et la couverture médiatique qui entoure leurs vies privées. Les scandales et les rumeurs que la presse s’arrache et alimente.

Pour le coup, il y a un certain nombre de pages qui nous fournissent un aperçu du magazine Powers consacré au super héros, avec de la publicité et la récente actualité, ainsi que la dernière interview de Olympia. Il va de soi, cela trouve sa place dans le développement de l’intrigue, de même que cela fait partie à part entière du mode narratif de Powers. J’ai toujours trouvé cela plutôt sympathique, même si cela manque d’impact au fur et à mesure qu’on avance (malgré une volonté de ne pas toujours le faire sous la même forme). Quoi qu’il en soit, c’est aussi une porte ouverte sur l’univers des Powers. On apprend ainsi que Zora a adopté une petite fille de 11 mois et une mise en bouche sur le groupe FG-3 qui va être au cœur du prochain tome.

L’intrigue autour de Olympia se révèle assez courte et comme avec Roleplay, les possibilités ne sont pas nombreuses. L’histoire possède quand même un évènement majeur au milieu qui permet réellement de mener l’enquête vers sa conclusion, mais il n’est pas bien difficile de comprendre pourquoi ce n’est pas la story-arc la plus longue. D’un côté, je ne suis pas convaincue qu’en étant plus développées, les thématiques n’en auraient pas souffert.

Dans son registre, Little Deaths se montre en tout cas fun et efficace.

Pour compléter, nous avons Powers Annual #1 (Shark chez nous), une petite histoire sans trop de prétention. Le boulot de tous les jours de Deena et Walker.

# Les différentes éditions de Powers : Little Deaths / Annual #1

En France :
– Powers #3 chez Semic – n’est plus édité. Trouvable sur le marché de l’occasion.

Aux États-Unis :
Powers 3 : Little Deaths chez Marvel Comics ressort dans une nouvelle édition en novembre 2011. L’édition Image Comics de 2003 comprenait aussi dans ce volume l’histoire Warren Ellis et l’annual.
Little Deaths et Annual #1 se trouvent aussi dans l’édition Powers: The Definitive Hardcover Collection Vol. 2 (avec l’histoire Supergroup et Anarchy).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s