Gatsby Le Magnifique

J’ai déjà exprimé sur le blog mon histoire personnelle avec le « classique », espèce à part que j’ai eu bien des difficultés à apprivoiser et que je continue toujours à appréhender avec une crainte. Elle a juste muté. Aujourd’hui, je vois surtout naitre un sentiment d’inquiétude face au roman. Va-t-il être à la hauteur de son rang ? Est-ce un classique qui le sera pour moi ou juste un classique avec qui aucune discussion profonde n’aura lieu.

Gatsby Le Magnifique de F. Scott Fitzgerald doit faire 200 pages (mon édition a 3 textes en préface, je ne rigole pas !) et j’avoue qu’en plus de l’avoir volé dans la bibliothèque parentale, j’avais jeté mon dévolu dessus, car il était court. On chérit trop peu les romans peu épais de nos jours, si vous voulez mon avis. Peut-être suis-je plus attirée vers eux, car j’ai le sentiment de lire moins vite qu’avant, allez savoir ….

En lisant Gatsby, j’ai commencé à me renseigner sur Fitzgerald, considéré comme l’un des meilleurs auteurs américains. Au fond, de ce que j’ai pu lire, je le trouve bien plus fascinant que Gatsby. Mais, peut-être est-ce parce que son personnage est avant tout une image, une volonté d’être et un désespoir. J’ai côtoyé des gens riches au cours de mes études possédant des bateaux et où ce qui ressemble à un obstacle pour soi ne traverse même pas leur esprit. Le monde ne fonctionne pas de la même façon et Gatsby finit juste par n’être que l’incarnation d’un rêve ou d’un idéal que l’on ne peut pas atteindre. Comme pour Carraway, Gatsby prend totalement forme pour moi à la fin du récit, et pendant tout ce temps-là, notre narrateur aura dépeint un univers sans aucune complaisance. Un ton avec lequel je trouve qu’il est aisé de connecter et d’accepter le caractère futile et/ou désagréable de certains d’entre eux. Tom Buchanan est particulièrement détestable, mais la quasi-absence de jugement de Carraway me poussait à une sorte d’indulgence. Daisy semblait enfin être elle-même qu’avec Gatsby et Jordan est un peu ce que toute demoiselle idéalise avant d’accepter le fait que ce genre de femmes n’est qu’un mensonge.

Des textes pleins d’analyses, de recherches et de profondeur ont dû être écrits sur Gatsby le Magnifique. Le temps donne toujours une valeur différente à une œuvre. L’âge, l’expérience, l’époque créent des interprétations et le regard de chacun est unique. Pour moi, le roman de F. Scott Fitzgerald est exactement ce que j’attends d’une lecture d’un classique. Il est superbement écrit, sincère et fascinant. Gatsby est réellement magnifique.

Et maintenant, je m’en vais bientôt retrouver Robert Redford pour l’adaptation de 1974 …

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s