Relire Powers #4 : Supergroup

La relecture de Powers se poursuit avec Supergroup, considérée comme l’une des meilleures histoires de la série. Personnellement, ce n’est pas celle avec laquelle j’accroche le plus, mais il faut lui reconnaître d’être particulièrement riche. Elle se montre aboutie dans sa narration et son traitement et va entrainer quelques révélations et changements majeurs pour la série. En gros, il se passe d’importantes choses dans Supergroup et il n’est pas bien compliqué d’y voir là un tournant dans la série qui se complexifie.

Deena Pilgrim et Christian Walker se retrouvent donc à enquêter sur la mort d’un des membres de FG-3. Le groupe de super héros est par ailleurs inspiré par les Fugees, dont Bendis est fan et qui n’a pas apprécié la séparation (il n’était pas le seul à l’époque vu le bruit que cela avait fait).

Quoi qu’il en soit, nous voilà avec une équipe de super-héros qui a déjà été brisé avant, avec le départ de Wazz, un des membres – ils sont trois. Voilà que l’un d’entre eux est retrouvé complètement ouvert de toutes parts dans sa salle de bains. La situation va rapidement empirer, car Boogie Girl, la troisième du groupe, va quelque peu s’enflammer et pour le coup, entrainer un séjour pour Deena à l’hôpital (mais la pauvre va fréquenter les lieux assez régulièrement).

Powers poursuit son exploration de l’envers du décor, et Supergroup soulève de nouvelles questions, car FG-3 est un groupe financé par le gouvernement, mais qui est aussi particulièrement riche grâce à la vente d’objets dérivés et Cie . Ils ont même leur film sur leurs origines complètement bidon (un classique !). L’histoire se repose aussi solidement sur les bases posées au cours des précédents et nous rappelle d’ailleurs la mort de Johnny Royale.

Le ton de Supergroup se montre assez grave, ou en tout cas, sûrement intense. Il y a peu de place pour des notes d’humour, car les évènements sont d’importances. Dans la bonne tradition gouvernementale, le FBI vient enlever l’affaire des mains de nos détectives et ne vont pas forcément très bien gérer toute l’histoire. La seconde partie sera là pour pousser Walker à sortir quelque peu de sa position pour affirmer ses principes et ses idéaux sur la façon dont il faut gérer ce genre de situation. D’ailleurs, une super-héroine particulièrement proche de lui va laisser la vie dans cette affaire pour l’entrainer à s’exprimer en public. Triphammer refait par ailleurs une petite apparition à la toute fin du tome sous une nouvelle apparence.

Supergroup est une histoire qui a une construction plus compliquée que les précédentes. Il y a beaucoup d’éléments à prendre en compte, avec la police qui se retrouve sur le carreau, l’intervention du FBI, les véritables origines des FG-3 et la place des médias avec toujours Powers That Be qui est un angle d’approche particulièrement bien exploité et qui permet à travers différents protagonistes de soulever des questions qui ne pourraient pas émerger autrement.

Cette story-arc se termine en tout cas avec Walker qui n’est plus policier, mais il va de soi, ce n’est que temporaire !

# Les différentes éditions de Powers : Supergroup

En France :
– Powers #4 chez Panini – Changement d’éditeur à partir de ce tome qui est encore disponible à la vente !

Aux États-Unis :
Powers 4 : Supergroup chez Marvel Comics ressort dans une nouvelle édition en janvier 2012.
Supergroup se trouve aussi dans l’édition Powers: The Definitive Hardcover Collection Vol. 2 (avec l’histoire Little Deaths et Anarchy).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s