1 Rochester … 2 Rochester … 3 Rochester …

Orson Welles et Joan Fontaine

… et 4 Rochester. J’ai récemment visionné la dernière adaptation de Jane Eyre, avec Mia Wasikowska et Michael Fassbender, faisant monter mon nombre d’adaptations vues à 4, ce qui est ridicule au vu du nombre qui existe, mais beaucoup pour quelqu’un qui n’est pas particulièrement attaché à cette histoire.

J’ai fait la connaissance de M. Rochester au lycée. Pas en livre (c’est de moi dont on parle, souvenez-vous …), mais dans une adaptation montrée par une prof d’anglais (si mes souvenirs sont bons, c’était celle qui avait osé me dire que Six Feet Under ne voulait pas dire six pieds sous terre). Il s’agissait de la version avec Orson Welles, où il était particulièrement noir et séduisant, et Joan Fontaine, tout en subtilité. J’avais adoré le film – et ne l’ayant pas revu, je conserve toujours mon optimisme à son évocation.

Charlotte Gainsbourg et William Hurt

Des vacances vinrent – je ne sais plus lesquelles – et un récent Jane Eyre passe à la télévision. Avec Anna Paquin, Charlotte Gainsbourg et William Hurt. Je déteste cette adaptation. Je ne me souviens pas du tout de la performance de Hurt et j’ai de grandes difficultés avec celle de Gainsbourg. Je déteste au point que l’évocation d’une nouvelle adaptation me fait grimacer. Oui, ce fut à ce point douloureux.

Des années plus tard – et assez récemment -, je dépouille la bibliothèque de mon grand-père. Ma grand-mère, décédée depuis quelques années, était une lectrice. Des classiques s’y trouvent, dont Jane Eyre. Je décide de lire le roman avant tout prochain visionnage. Rochester n’est pas cette âme sombre qu’Orson a inscrite dans mon subconscient et ce roman est loin de l’image que j’associe au gothique. Je n’y vois pas non plus ces valeurs féministes que Jane semble porter. Jane Eyre n’est pas un mauvais livre, je le lis, mais sans passion (Rochester sur papier me laisse de marbre). Je ne retrouve certainement pas dans l’œuvre tout ce qui a fait sa renommée (c’est fou comme une même histoire peut donner le jour à multiples perceptions).

Ruth Wilson et Toby Stephens

Je m’investis peu de temps après dans la version télévisuelle de 2006, avec Ruth Wilson et Toby Stephens. Le duo est parfait et si je ne suis pas captivée d’un bout à l’autre, c’est une adaptation parfaitement orchestrée.

2011. Me voilà encore à regarder une adaptation de Jane Eyre. Un film. Je ne sais trop pourquoi je veux le voir, surtout que Michael Fassbender me laisse totalement de marbre. Grand bien m’en fasse, car il est sublime dans le long métrage, sombre comme Orson, mais à sa façon. Je suis par contre peu emballée par Mia Wasikowska, que je trouve d’une platitude déconcertante durant la première moitié du film (au moins jusqu’à la déclaration). J’adore Jamie Bell en St. John Rivers (c’est presque une première, St. John est un des rares personnages dont la version papier m’a plus marquée).

Mia Wasikowska et Michael Fassbender

Si on prend le livre et les 4 adaptations que j’ai regardées, on obtient assurément des interprétations différentes, des bouts d’histoires qui prennent plus d’importance que d’autres selon les préférences, des sensibilités qui varient. Aujourd’hui, on critique aisément les remakes, les adaptations, en y voyant une certaine absence de créativité. Mais peut-être que celle-ci prend avant tout forme dans notre perception d’une œuvre. Après tout, Jane Eyre a été adaptée un nombre incalculable de fois, a touché ainsi multiples générations, et il n’y a pas de raison que cela change. Chaque Jane renvoie à sa façon une image de la société dans laquelle elle a vu le jour. Et l’amour reste intemporel.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s