Relire Powers #6 : The Sellouts

Sûrement parce que The Sellouts (Les traitres en France) se place avant Forever, qui est consacré aux origines de Christian Walker, ce tome m’apparait plus orienté sur Deena, qui finit encore à l’hôpital – si ce n’est que son état est beaucoup plus grave ce coup-ci.

Enfin, retour au début de l’histoire, avec la mort de Red Hawk, membre d’un groupe de super-héros classique ultra puissant appelé Unity, aussi impliqué dans un scandale sexuel.

Pour mener leur enquête, Pilgrim et Walker vont devoir se rendre à New York, ce qui va définitivement permettre à The Sellouts de jouer sur différents plans. Ainsi, les deux détectives enquêtent là-bas, tandis que Kutter peut ainsi avoir un peu les feux du projecteur orienté sur lui en étant en charge de la scène de crime. À cela, ajoutons le retour façon vieux comic sur la dynamique du groupe Unity, la chronique Under The Cape tenu par Ted Robinson (du gossip de chez P!online), et un petit passage au FBI, ce volume se révèle particulièrement bien articulé.

The Sellouts joue un rôle majeur dans l’histoire de Powers, en continuant d’explorer et d’exploiter les enjeux qui ont été précédemment posés. Anarchy soulevait des questions sur la place des Powers dans notre société, sur l’image qu’ils renvoient et les droits qu’ils ont. Ce tome se bâtit donc autour de ces idées en illustrant clairement le propos avec un Power qui est tellement puissant que la vie humaine et ses règles sont devenues insignifiantes à ses yeux. Ces actions auront des conséquences qui vont complètement redéfinir la place des Powers dans la société.

The Sellouts est en tout cas un tome que j’aime énormément. À cause des pouvoirs d’un membre d’Unity (qui peut faire ce qu’elle veut des hommes), Pilgrim prend dans ces moments là obligatoirement les devants et c’est d’ailleurs pour cela qu’elle décidera d’agir seule dans la fin. Cela nous mènera à une conclusion que je tends à trouver à la fois belle et sombre – avant bien sûr que Deena ne termine sur le lit d’hôpital, ce qui est juste douloureux pour elle après ce qu’elle vient de vivre (et ce n’est pas fini !).

Ce volume exploite aussi la commercialisation autour du super-héros, jouant finalement avec l’univers du comic books en lui-même, ce qui est plutôt sympathique. Et, comme le veut la tradition, nous avons encore un passage qui nous ramène à la mort de Retro Girl. Oui, on n’y coupe pas, et c’est toujours bien fait. J’avoue qu’à ma première lecture, j’avais dû y voir un côté redondant, mais Retro Girl, c’est finalement tout un symbole pour Powers.

En bonus avec ce tome, il y a une interview de Michael Avon Oeming, qui n’est pas inintéressante, mais qui est un peu trop mécanique et par moment répétitive.

# Les différentes éditions de Powers : The Sellouts

En France :
– Powers #6 (Les traitres) est disponible à la vente chez Panini.

Aux États-Unis :
– Powers 6 : The Sellouts est disponible chez Marvel Comics.
– The Sellouts se trouve aussi dans l’édition Powers: The Definitive Hardcover Collection Vol. 3 (avec l’histoire Forever).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s