Relire Powers #7 : Forever

Après The Sellouts, Powers nous offre une story-arc dédiée aux origines de Christian Walker. La première partie nous ramène à Cro-Magnon et des grognements. De quoi laisser dubitatif, mais ce qui s’y déroule va se retrouver au cœur de l’histoire.

En effet, ce brave Walker est donc présent sur Terre depuis l’origine de l’homme et il va traverser les siècles. Ainsi, nous voyons différentes époques qui viennent expliquer le bagage de plusieurs personnages – à partir d’un certain point, car c’est de Walker dont il est question ici -, fournir des détails sur la place des Powers dans le monde et ce qui les différencie.

Forever continue d’ailleurs de bâtir sur les thèmes qui ont vraiment pris les devants au cours des précédentes histoires avec ce que représentent réellement les Powers sur Terre et ce qu’ils sont par rapport à l’homme.  Il y a une belle extension du sujet avec Wolfe, rencontré dans Who Killed Retro Girl ? et qui en veut personnellement à Walker.

Seul problème : Christian ne se souvient pas de qui il est. Il ne possède que la mémoire d’une vie et plus il progresse, plus il oublie, à la différence d’autres Powers comme Wolfe. À noter que paradoxalement, ce dernier vieillit alors que Walker ne change pas physiquement.

Enfin, Forever explore ainsi la personnalité du futur détective, ce qui aide à mieux comprendre son comportement et ce côté renfermé sur lui-même et pas toujours très compétent socialement parlant. L’histoire nous montre comment les Powers se sont installés comme les héros et comment Walker a perdu ses pouvoirs et est devenu policier. Ma partie préférée de toute cette story-arc est sans doute possible la discussion avec Albert Einstein qui est là pour aider Walker à comprendre exactement ce qu’il est – et cette histoire de temps et ses trous de mémoire.

Il est aussi sympathique d’avoir une mise en image de l’époque où il était Diamond et de retrouver ainsi des héros qui sont tombés et/ou plus trop présents – avec une préférence pour Triphammer dans mon cas.

Forever lève donc ingénieusement le voile sur le passé de Walker, nous ramenant au tout début du comic book et nous explicitant donc à sa façon qui est réellement ce détective qui aime si peu se confier et qui en sait autant sur le monde des Powers. C’est un bout important de la mythologie de la série qu’il fait plaisir à voir lever sans précipitation, ni sans avoir non plus la sensation que c’était réellement nécessaire. En gros, Powers aurait très bien plus continué sans, et c’est peut-être là que Forever trouve une de ses grandes forces. L’histoire n’est pas racontée pour expliquer ce qui pousse le personnage à agir. Nous sommes juste arrivés à un point dans la série où il était pertinent d’y revenir avant de nous orienter vers quelque chose de nouveau pour Walker.

# Les différentes éditions de Powers : Forever

En France :
– Powers #7 (Eternels) est ddisponible à la vente chez Panini.

Aux États-Unis :
– Powers 7 : Forever est disponible chez Marvel Comics.
– Forever se trouve aussi dans l’édition Powers: The Definitive Hardcover Collection Vol. 3 (avec l’histoire The Sellouts).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s