The Hunger Games Trilogy

Commencée en juillet, j’ai terminé ce week-end la trilogie Hunger Games, qui aura connu une petite pause, car les emprunts n’ont pas joué en ma faveur pour le dernier tome. J’ai emprunté les trois à ma médiathèque, et plus j’approchais de la fin, plus le processus se compliquait.

En somme, je me suis contentée d’aller dans le rayon pour prendre le premier tome, j’ai dû faire une réservation pour le second – avec personne devant moi -, tandis qu’il y a dû y avoir trois personnes au dernier tome. Ce phénomène s’accorde étrangement avec la perte progressive de qualité de la série.

Hunger Games est une dystopie qui prend place dans des États-Unis qui ont été ravagés par multiples catastrophes naturelles et qui ont été divisés en 13 districts, chacun ayant une vocation précise. Le Treizième s’est révolté par le passé, et a perdu, menant ainsi à la naissance des Hunger Games, jeu télévisuel dans lequel les jeunes de 11 à 18 ans sont envoyés pour s’entretuer, avec un seul survivant possible.

Contrairement à toutes apparences, Hunger Games possède un nombre d’éléments critiques limités orientés sur la place des médias dans la société. La télévision est un outil de propagande, La Révolte (tome 3) se chargeant de mettre en avant que c’est valable pour les deux camps. L’un des gros défauts de la série est clairement de faire trop peu ressentir les jeux sous leur angle filmé. Les préparatifs sont là pour mettre en avant un aspect médiatique, mais leur nature est noyée dans la vocation introductive dont cette partie de l’histoire se dote. Collins semble avoir plus de choses assez caricaturales à dire sur la société de consommation avec les différences entre classes sociales où elle utilise l’esthétisme et la mode pour chercher à mettre en relief une riche superficialité dans laquelle, apparemment, seuls les plus aisés peuvent se noyer.

L’histoire est narrée par Katniss Everdeen, une adolescente du District 12, qui chasse avec son arc pour nourrir sa famille et qui se retrouve pris dans un triangle amoureux sans grande pertinence, entre Peeta le boulanger et Gale le révolutionnaire. L’issue est évidente dès le premier tome et ce n’est assurément pas le point fort de la série. D’ailleurs, quand l’histoire se perd dans le développement de la romance, elle tend à s’affaiblir.

Hunger Games débute avec un premier tome qui se révèle être un vrai page-turner. Katniss est  choisie pour les Hunger Games pour représenter le District 12, et nous sommes donc rapidement plongés dans les jeux. Le déroulement est prévisible, mais l’histoire est plutôt prenante, surtout qu’en étant dans les Jeux, on tend à oublier un peu tout ce qui tient moyennement la route dans la série. Cela devient un peu plus gênant par la suite, car Collins aura tendance à construire son intrigue sur des fondations peu solides. Katniss se transforme en symbole d’une rébellion qui aurait déjà dû exploser il y a déjà bien trop longtemps au vu du contexte qui nous est dépeint, un fardeau qu’elle a dû mal à comprendre, puis accepter. Des fois, elle comprend un peu trop lentement ce qui se passe. Le second tome est un peu plus long à démarrer, mais il parvient à trouver son rythme.

Le troisième souffrira du même défaut, surtout qu’il y a une réelle sensation de non avancée par moment dans la première moitié du livre qui est agaçante. Par contre, j’ai trouvé qu’il y avait une vraie cohérence dans la destruction psychologique de Katniss. Entre les Jeux, les morts, les blessures, et Cie, sa détresse émotionnelle reste ce que le tome – dans sa seconde partie – retranscrit le mieux. Il reste un peu dommage que certaines morts soient trop évidentes, voire gratuites, et qu’une certaine prévisibilité se fasse ressentir à un certain niveau. Les prises de risques sont minimes – et je regrette un peu que certaines n’ont pas eu l’effet qu’elles auraient dû avoir.

Dans son ensemble, j’ai bien aimé la série, bien que j’ai perdu de mon enthousiasme à force que je progressais. La trilogie se lit sans trop de contraintes et possède une bonne dose d’action pour maintenir l’attention.

# The Hunger Games Trilogy, de Suzanne Collins

1. Hunger Games
2. Hunger Games : L’embrasement
3. Hunger Games : La révolte

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s