Retour chez les X-Men

Voilà quelques années (au pifomètre : 5 ans), j’ai arrêté de lire les X-Men pour des raisons économiques. En ce temps-là, si je ne me trompe pas trop, il devait y avoir au moins X-Men, X-Men Extra (tous les deux mois), X-Men Hors Série (avec un rythme de sortie de tous les 3 mois), X-Treme X-Men (le temps qu’il a duré), et puis d’autres choses, je n’ai pas trop envie d’aller regarder ce qui me reste et que je n’ai pas revendu – et qui correspond à cette période.

Me voilà donc récemment à me dire que je relirais bien du X-Men. Mais, un problème se pose : par où commencer, puis comment consommer ?

La réponse à la première question n’est pas bien difficile, il n’existe pas 36 méthodes pour se plonger dans l’univers des X-Men, et j’ai opté pour reprendre celle avec laquelle je m’y suis : j’achète là où ils en sont ou presque et je vais de l’avant. Je reviendrais en arrière plus tard.

Comment consommer se révèle être une tout autre histoire, car je n’ai pas envie de me replonger dans l’achat librairie. Avec deux magazines X-Men, c’est forcément 8.60 € par mois, sans compter le hors série. Autant, je pense sans aucun doute me re-pencher sur la collection intégrale de Panini, autant pour le reste, ce n’est pas une mince affaire. J’ai donc étrangement opté pour aller du côté de la VO. Du moins, c’est ce qui m’a paru plus ou moins adéquat sur le coup. J’ai donc acheté Uncanny X-Men : Quarantine, qui se trouve être l’histoire en librairie ce mois-ci (en tout cas la fin). J’aurais pu faire mieux en terme d’intrigues pour remettre le pied à l’étrier si vous voulez mon avis. Il n’empêche, je n’ai pas la sensation d’avoir résolu mon problème. J’aime bien le TPB, les histoires sont complètes et je n’ai pas besoin d’acheter tous les mois. Mieux que cela, je peux très bien aller et venir dans le temps – j’ai quand même un trou de cinq ans avec de grosses story-arcs qui méritent d’être lue. D’un autre côté, je ne suis pas sûre que cela soit la méthode la plus économique et la plus pratique – mais c’est peut-être la plus malléable, ce qui pèse dans la balance.

Si je me suis orientée vers la VO, c’est que toutes ces histoires ne sont pas disponibles chez nous autres qu’en librairie. D’où mon dilemme existentiel. Si Panini rééditait de façon régulière et compréhensible (ce sont les rois des rééditions et je trouve cela particulièrement énervant), je ne me prendrais pas trop la tête. Je pourrais m’en tenir à un seul magazine, ce qui est aussi une option, mais les grosses intrigues/cross-overs entraineraient forcément l’achat d’autres à certaines périodes.

Autant dire que rien n’est simple avec les X-Men. Les héros solitaires, c’est quand même mieux pour s’y retrouver !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s