Relire Powers # 8 : Legends

Suite aux derniers évènements, l’utilisation de Powers est devenue illégale. Si les bons se sont retirés, les mauvais sont restés. Ils ne respectaient pas la loi avant, pas de raison que cela change maintenant.

Legends sonne comme une nouvelle introduction, et il y a une raison à cela : il s’agit du début du volume 2 de la série. Cela explique sa construction référentielle tout en facilitant l’introduction du nouveau lecteur. Sur ce plan-là, c’est une petite merveille en termes de développement narratif. L’histoire est bourrée de références au début de la série, mais celles-ci n’entravent aucunement la progression de l’intrigue et sa compréhension pour ceux qui n’auraient pas lu ce qui précède.

Ainsi, le retour de Deena Pilgrim à son travail fait écho à sa scène d’arrivée. Walker doit aussi la briefer sur la situation actuelle pour qu’ainsi, on puisse se remettre dans le bain. Surtout, alors que le premier tome s’ouvrait sur la mort de Retro Girl, celui-ci nous annonce son retour.

Retro Girl n’est pas revenue d’entre les morts, c’est une autre personne qui endosse son costume (retour ici aussi au début de la série) et elle va quelque peu bousculer l’ordre en place. Legends est donc là pour rétablir de nouveau les Powers dans le décor après les avoir évincés. C’est surtout de la toile de fond, car leur éloignement a créé un certain chaos qui, lui, a de l’importance pour les évènements du tome.

La série continue dans sa lignée à en mettre plein dans la gueule à Pilgrim qui finira (façon de parler) à avoir un peu de repos dans les tomes suivants. En attendant, comme si ce n’était pas suffisant, elle va se retrouver kidnappée à peine peu de temps après avoir repris son boulot.

Malgré tout, le retour de Pilgrim dans les forces de l’ordre se fait avec beaucoup de dynamisme – et de violence, la nature même de l’enquêtrice n’ayant pas disparu. Son tempérament est ce qui déborde le plus de cette intrigue, surtout que le Powers qui la détient la connaît.

Walker parait distant, ce qui est utilisé pour justifier ce qui lui arrive ; après tout, s’il avait été là, cela aurait pu difficilement voir le jour. En attendant, le détective est occupé par des problèmes personnels, car il connaît la nouvelle Retro Girl (et nous aussi, tiens, par la même occasion). Après la mort de Zora, il faut bien dire que Walker n’avait pas trop de raison valable de rester proche de son ancienne vie et Legends trouve donc une habile parade pour amorcer sa réintroduction dans cette sphère (cela montera en grade par la suite, mais chut, c’est pour plus tard …).

Legends réussit en tout cas à remettre à plat bien des choses dans la série. Il expose l’évolution psychologique des personnages et met en place de nouvelles intrigues pour ses enquêteurs phares. Le tout n’est pas dénué de quelques pointes d’humour, comme il se doit. En somme, un tome très bien huilé de Powers.

# Les différentes éditions de Powers : Legends

En France :
– Powers #8 (Legends) n’a pas encore été édité en France. Difficile de savoir actuellement si cela va arriver un jour ou non.

Aux États-Unis :
– Powers 8 : Legends est disponible chez Marvel Comics.
– Legends se trouve aussi dans l’édition Powers: The Definitive Hardcover Collection Vol. 4(avec Psychotic et Cosmic).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s