Relire Powers #10 : Cosmic

Avec Cosmic, Powers se tourne vers Christian Walker pour lui offrir un nouveau statut. Après qu’un homme soit tué par un Powers, Pilgrim et Walker se rendent sur la scène de crime pour y découvrir que le mort possédait lui aussi des aptitudes. Si ce n’est que c’est plus compliqué que cela.

Enfin, n’allons pas non plus trop complexifier l’histoire car une chose est certaine : Cosmic ne possède pas l’intrigue la plus élaboré qui soit de la série. Si elle est ambitieuse avec Walker et toujours assez psychologique avec Pilgrim, elle se révèle assez peu fouillé sur bien d’autres aspects.

L’enquête policière sera peu mise en valeur, avant tout car le FBI débarque avec ses gros sabots. Je n’ai rien contre, cela donne toujours de bonnes lignes de dialogues. Il y aura quand même avec celle-ci et le coupable un nouveau parallèle effectué pointant sur les dernières actions de Pilgrim et une nouvelle façon d’aborder l’acte du meurtre par le coupable. L’enquêtrice est d’ailleurs interrogée par la police des polices qui nous ramène la mort de Johnny Royale à la surface.

Avec cela, nous avons une jeune femme qui a été témoin du meurtre et qui va se rapprocher de Walker. J’avoue ne pas trop aimé le personnage, elle frôle un peu trop l’artiste bobo parfaite pour moi et s’inscrit dans une réflexion prétentieuse qui s’étale sur tout le volume.

En effet, si Powers n’est pas une œuvre qui permet à Bendis d’être trop pompeux, il se lâche quelque peu ici en nous offrant des interludes au Club Cinderella où les gens prennent le micro pour dire ce qu’ils ont sur le cœur. Force est de constater que les mots qu’ils prononcent sont soit puissants, soit véridiques, mais un peu trop emballé et surtout, là pour dire quelque chose de façon trop direct. Cela se veut intelligent, malheureusement c’est trop réfléchi pour fonctionner. On s’approche dangereusement de l’apitoiement avec certains dialogues.

Enfin, retour à Walker qui va devenir un gardien interstellaire, une idée que je trouve par contre excellente. Il retrouve ainsi des pouvoirs et devrait alors se retrouver au cœur d’évènements majeurs.

Pour le coup, Cosmic est un peu un hit-and-miss pour moi. Certaines parties fonctionnent et d’autres beaucoup moins. De ce qui se veut être une introspection psychologique et un peu un constat sur la nature humaine ressort de l’arrogance. Cela aurait été moins gênant si les passages au Club Cinderella ne cassaient pas non plus sporadiquement le rythme ; malheureusement, c’est le cas.

Je termine donc ma relecture de Powers avec un tome plus mitigé. La prochaine fois que je reparle de la série, ce sera donc pour une lecture car je n’ai pas encore lu les suivants. Quoi qu’il arrive, vous vous en doutez, je reparlerais de la série dans un futur proche.

# Les différentes éditions de Powers : Psychotic

En France :
– Powers #10 (Cosmic) n’a pas encore été édité en France.

Aux États-Unis :
– Powers #10 : Cosmic est disponible chez Marvel Comics.
– Cosmic se trouve aussi dans l’édition Powers: The Definitive Hardcover Collection Vol. 4 (avec Legends et Psychotic).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s