5 façons de ne pas écrire

Il existe une méthode infaillible pour produire du contenu, qu’il s’agisse d’un travail scolaire, de la fameuse histoire qui devrait déjà être terminé (mais qui n’est même pas commencé … hum hum), ou d’un simple article pour un blog : il suffit d’écrire. Je sais, c’est fou.

En somme, on se met devant son ordinateur, on ouvre une page Word et on tape. Point. C’est aussi simple que cela.

Il n’empêche que je m’y connais plutôt bien quand il s’agit de ne rien produire. C’est un art qui se cultive, mais qui pourtant ne devrait pas être autant chérit.

Avec le temps, j’ai noté 5 façons particulièrement efficace pour ne rien produire :

1. Faire plusieurs choses en même temps. Internet est une parfaite distraction pour réduire une page d’écriture à juste une phrase. J’avoue bien volontiers que, parfois la recherche est inévitable, surtout avec mes petits vices personnels (incapable de continuer une phrase si je n’ai pas le nom du personnage). Alors, entre la page Word, internet, plusieurs recherches et sait-on jamais, twitter, la production est fortement réduite.

2. Se décider au moment précis où on est enfin prêt à nettoyer sa salle de bains qui, soudain, ne peut plus attendre. Voyez-vous, ces fameuses deux heures qui n’étaient rien que pour ce texte doivent pour une raison inexpliquée passer après les toilettes – qui réclament à corps et à cri d’être récurer.

3. Ne pas réussir à se focaliser sur une seule idée. Par là, je parle bien du fait que c’est toujours au moment où l’on se décide à écrire que l’on va avoir, comme par miracle, l’idée du siècle qui va tout changer. La révolution est en marche, autant passer directement à cela – si ce n’est que voilà, une fois qu’il faut rendre tout concret, ce n’est plus aussi attirant. Le phénomène peut se répéter à l’infini.

4. Attendre le moment opportun, avec les recherches faites, tout de planifié, et dans les conditions idéales. Voilà une belle pirouette pour s’assurer de ne rien faire. Cela s’appelle se mentir à soi-même, ce fameux moment tant attendu n’existe pas (je le saurais depuis le temps que je le cherche).

5. Ne rien faire. La procrastination est l’ennemi de toutes activités bien que, selon moi, nécessaire à l’existence – tout simplement. Il faut juste la consommer avec modération, ce qui est sans conteste plus compliqué qu’il n’y parait.

Publicités

2 réflexions sur “5 façons de ne pas écrire

  1. Voilà un billet frappant de vérité qui me décrit parfaitement ! Et ce malheureusement. Je suis devenue une très grande adepte de la procrastination et j’ai passé un mois de mars plutôt plat, surtout au niveau blog, que j’ai pourtant envie d’égayer avec de nouveaux articles. Pour moi, c’est décidé, avril est le mois du changement.
    Biz

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s