Explorer la SFF : Akira de Katsuhiro Ōtomo (La BD du mercredi)

Quelques informations : Akira (アキラ?) est un seinen manga de science-fiction des années 1980 écrit et illustré par Katsuhiro Ōtomo. J’ai lu la version noir et blanc en 6 tomes, publiée chez Glénat.

Pourquoi Akira ? Quelqu’un m’a suggéré ce titre, car je dois bien admettre que j’ai beaucoup à faire du côté de ma culture manga. L’idée m’a paru bonne, alors je l’ai mise en application.

De quoi cela parle-t-il ? Suite à une explosion en 1982, Tokyo est détruite et la Troisième Guerre mondiale est déclarée. En 2019, Neo-Tokyo est une mégapole corrompue, où multiples bandes de motards sillonnent la ville. Tetsuo et Kaneda font partie de l’une d’entre elles, et vont avoir un accident en tentant d’éviter un garçon sur une route interdite. Alors que le premier se retrouve entre les mains de l’armée japonaise, le second cherche à découvrir ce qui est arrivé à son ami, qui possède des pouvoirs qui vont mettre en péril l’ordre instauré.

Et c’était bien ? Oui ! Pourquoi faire compliquer quand on peut faire simple, je vous le demande ? Ce que j’ai sans aucun doute préféré, c’est le sens de grandeur qui ressort de l’œuvre et cet aspect de destruction massive que les Japonais semblent maitriser. J’imagine que c’est dû à leur histoire personnelle et il faut reconnaître que cela donne une ampleur au récit qui n’est pas négligeable. De même, leurs œuvres sont souvent traversées par des idéologies sur la liberté accompagnée d’une critique sur le pouvoir et les gouvernements en place, et cela anime clairement Akira. Ce sont des thèmes forts et qui sont parfaitement intégrés dans le développement de l’histoire.

Akira multiplie les points de vue, il y a une large palette de personnages qui aide à couvrir tous les pans de l’intrigue et Katsuhiro Ōtomo n’a aucun problème à en délaisser un de temps à autre au profit de son récit. C’est donc une œuvre assez riche qui prend le temps de poser ses protagonistes et nous les faire connaître, ce qui permet ainsi de véhiculer une certaine dose d’émotions. Ce n’est pas non plus dénué d’humour, ni de surprise, et l’histoire ne fait pas vraiment de surplace. C’est donc maitrisé d’un bout à l’autre, et il n’y a ainsi pas grand-chose à redire. J’ai peut-être trouvé que la conclusion dénotait un peu après tout ce qui s’était passé, vu qu’elle était là pour nous renvoyer finalement au début du récit. Peut-être est-ce plus sa mise en scène que ce qu’elle dit, mais c’est approximativement l’un des rares moments qui, après tant d’épreuves, n’avaient pas la note adéquate. C’est vraiment léger, et cela ne vient aucunement entacher le reste de l’œuvre.

Akira est un manga riche et dynamique, qui allie action et développements avec talent, sans oublier quelques éléments de surprise et des dessins qui sont très réussis (les décors sont superbes).

Se procurer Akira.

Retrouvez toues les BD du mercredi chez Mango

Publicités

3 réflexions sur “Explorer la SFF : Akira de Katsuhiro Ōtomo (La BD du mercredi)

  1. Je n’ai pas l’habitude de lire des mangas mais je trouve superbe le dessin que tu montres. L’histoire a l’air très riche également.. Je note ce titre au cas où je voudrais m’aventurer dans ce domaine un peu particulier.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s