The Boys, tome 15 : Côte de barbarie (La BD du mercredi)

Après Préparation propre et planification, Garth Ennis nous offre un nouveau séjour dans le passé avec Côte de barbarie, dans The Boys. La Légende avait promis à P’tit Hughie de lui raconter la création des P’tit Gars, mais c’est donc Mallory qui s’en charge. Il s’agit donc encore une fois de déblayer le terrain pour la suite de l’histoire.

Si j’ai donc un reproche à formuler à ce stade de la série, qui se dirige tranquillement vers sa fin (Côte de Barbarie réunit les numéros 52-55, la conclusion est au n°72), c’est qu’il apparait un peu trop évident qu’Ennis n’avait pas tout planifié dans le déroulement de son récit. Disons que certains bouts de l’histoire de Mallory et de la naissance des P’tit Gars auraient pu être disséminés comme des pièces d’informations en parallèle de la progression de l’intrigue générale. Au lieu de cela, il trouve une excuse pour réunir Mallory, qui était souvent dans l’ombre jusque-là, et P’tit Hughie.

Pour autant, j’ai apprécié l’histoire qui met les choses en perspective sur le développement de Vought American et leur prise de pouvoir calculée. Mais, au final, Mallory voit plus un danger en Butcher, qu’il a embauché et dont il a totalement perdu le contrôle. Vous sentez le tome qui va bientôt nous retracer l’histoire complète de Butcher pour nous signifier comment il est devenu l’homme violent haineux des Supers qu’il est aujourd’hui ? Moi aussi ! C’est une mini-série qui se trouve entre les tomes 17 et 18, donc c’est pour bientôt. C’est le dernier arrêt inévitable à faire avant la confrontation finale, de toute façon.

Tout dans ce tome de The Boys n’est pas des plus importants, ce qui le rend à un certain degré presque obsolète, même s’il est sympathique à lire. Je pense que cela vient plus de la narration, de cette façon peu subtile de nous raconter l’histoire en un tome plus que de ce qui est vraiment dit ici. D’ailleurs, Mallory aurait pu en profiter en tant que personnage si la première partie du récit avait été révélé plus tôt. À l’arrivée, cela sert à pousser Hughie à affronter réellement sa situation et à ne pas la fuir – pour le meilleur et pour lire, on verra ça dans les prochains tomes.

 

Informations techniques

Titre: The Boys, Tome 15 : Côte de barbarie
Par: Garth Ennis
Langue : français
La série est en vente sur Amazon

Retrouvez toutes les autres BD du mercredi chez Mango.

Publicités

6 réflexions sur “The Boys, tome 15 : Côte de barbarie (La BD du mercredi)

  1. Dans les séries de comics au long cours, je me limite à Fables. Même Walking Dead, je ne suis pas allé au-delà du 4ème alors je pense que cette série ne me conviendrait pas forcément.

  2. @Mango : c’est drôle, car de mon côté, je ne trouve pas The Boys si longue que cela. Même quand elles sont finies, tu n’arrives pas à en lire d’aussi longues ?

    @Jerome : il y a quand même une différence : The Boys touche à sa fin, ce qui n’est pas du tout le cas de Fables, qui est déjà plus longue que The Boys. Pour The Walking Dead, j’ai stoppé au tome 12 après avoir failli arrêter deux fois avant. Je ne sais pas si Kirkman prévoit une fin.

    @soukee : pour The Boys, il faut (surtout dans la première partie de la série) avoir un bon seuil de tolérance au sexe, à la violence et au sang. Je ne suis pas une âme sensible, mais je sais que ce n’est pas le cas de tout le monde, alors je le précise. Si on accepte tous ces éléments (c’est le style Garth Ennis), c’est une série vraiment sympa.

    @Noukette : tu n’étais déjà pas très emballée quand j’avais parlé du précédent tome. Celui-ci confirme définitivement.

  3. Depuis quelques tomes j’ai vraiment l’impression que tout est fait pour nous préparer à l’arrivée prochaine de la conclusion. Je ne sais pas à quel moment Ennis s’est dit qu’il était temps de tout boucler, mais il bouche les trous les uns après les autres dans son histoire. Ici, il en fait presque un peu trop, car Mallory entre dans les détails sur des évènements pour lesquels ce n’était pas nécessaire, par contre, quand il commence à vraiment parler des p’tits gars, il passe à la vitesse supérieure et hop ! conclusion.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s