Rendez-vous avec Oscar

Oscars

Dimanche soir aura lieu la 86e cérémonie des Oscars. Plus les années passent et plus je rencontre des difficultés à m’intéresser aux nominés, ce qui fait que j’ai tout récemment fini de regarder les 9 films en compétition pour meilleur film. Comme ces derniers se retrouvent dans les autres principales catégories, il me manque Blue Jasmine et Osage County pour les actrices. Je compte voir le premier, j’ai volontairement passé mon chemin sur le deuxième et ça me ferait mal que Julia Roberts ou Meryl Streep gagnent au vu de ce qu’il y a en face.

Quoi qu’il en soit, je tente depuis 2010 de voir les principaux films autant que je le peux. Au bout d’un moment, ma capacité à m’enfourner des longs-métrages oscarisables atteint un point de non-retour, je le confie.

Le seul film de cette sélection que j’avais véritablement envie de regarder était Wall Of Wall Street, que j’ai trouvé très bien, avec quelques longueurs, mais aussi beaucoup de panache (et Kyle Chandler… ça fait gagner des points :D). Et si les années précédentes, il y avait toujours un film que j’aimais plus que d’autres, ce n’est pas foncièrement le cas cette fois-ci.

Par contre, comme cela arrive à l’occasion, il y en a un que je n’aime pas du tout et c’est le cas avec American Hustle qui est à mon goût un simple exercice de style (et objectivation d’Amy Adams et Jennifer Lawrence)  avec un scénario que je qualifierais de simplement mauvais.

Après cela, aussi techniquement abouti le film puisse-il être, je n’ai pas du tout connectée émotionnellement avec Her. Autant dire que ne pas adhérer à la « romance » du film rend ce dernier plutôt vide de sens. Même pas la peine d’aborder le reste.

Captain Phillips et Gravity sont deux films, au-delà de leur qualité technique, qui repose énormément sur leur casting. Là où Gravity peut se distinguer sur un plan visuel (une trop grosse part de sa promotion a été axée là-dessus), Captain Phillips prend à mon goût le dessus grâce à un scénario bien plus abouti. Comme les deux reposent finalement sur une grosse part de psychologique, le film de Paul Greengrass m’apparait plus réussi (avec moins de stéréotypes et une tension à couper au couteau).

Philomena possède aussi pour lui ses acteurs, Judi Dench et Steve Coogan formant un excellent duo dans un film très bien articulé et émouvant. Excellent dans son registre, mais loin de valoir un Oscar pour meilleur film.

Nebraska se place sans aucun doute bien au-dessus. Je confie avoir eu un peu de mal avec son portrait authentique des personnages âgés au départ, mais cette plongée entre mélancolie et humour dans ce quotidien américain est magistralement exécutée, comme sait le faire Alexander Payne. Le film fait vraiment son effet à l’arrivée et laisse sa marque. De l’excellent drame humain avec beaucoup de personnalité.

Dallas Buyers Club possède moins de force sur un plan technique, quoique sans aucun doute très bien fichu, mais une histoire terriblement importante encore de nos jours. Si l’esclavage de 12 Years a Slave tire sur une culpabilité que les Américains aiment exploiter à fond ces dernières années, Dallas Buyers Club nous parle derrière son portrait social de la corruption pharmaceutique qui aura coûté la vie à beaucoup trop de gens – et c’est encore le cas aujourd’hui.

Du coup, j’ai une préférence pour celui-ci, même si Twelve Years a Slave a de grandes qualités, à commencer par être moins académique que je l’aurais imaginé. Le style trop esthétique de McQueen a tout de même le défaut de ne pas toujours bien retranscrire la dureté de son sujet, et dieu sait qu’il a cru bon de nous offrir deux longues scènes particulièrement pénibles à regarder (et qui faisait largement leur point sans cela).

Je termine donc par un petit classement par ordre de préférence, même si à l’exception des deux derniers, je pense que les positions des autres peuvent pas mal être interchangées. Le deuxième visionnage serait forcément requis pour mieux les départager, mais j’ai trop de films à regarder !

Le Loup de Wall Street (The Wolf of Wall Street)
Nebraska
Dallas Buyers Club
Twelve Years a Slave
Captain Phillips
Gravity
Philomena
Her
American Bluff (American Hustle)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s