30 Days Of Comic Books : Day 30 – Your favorite book of all time

Me voilà au bout de l’aventure qui doit trouver sa conclusion en mettant en avant ma bande dessinée préférée de tous les temps.

Comme il m’arrive souvent de le faire quand je touche à la lecture, j’opte pour la porte ouverte, et l’idée que le meilleur est encore à venir. J’imagine que je suis encore à la recherche de cette œuvre qui exprimera comme aucune autre mon subconscient, de celle dont j’aurais juste à citer le nom pour définir qui je suis. Peut-être l’ai-je déjà lu, mais je ne sais pas encore véritablement ce qu’elle représente. En attendant, il existe tout un tas de bandes dessinées à découvrir et redécouvrir, des classiques, des séries plus humbles, des tomes qui n’ont pas encore été écrits. Des héros qui n’attendent que de croiser ma route, des super héros qui ne sont pas encore morts, et des gens de tous les jours qui peuplent bien des albums.

Lire la suite

Publicités

30 Days Of Comic Books : Day 29 – A book you hated but others liked

Avant dernier jour du 30 Days Of Comic Books au sein duquel je me penche sur une œuvre que je n’ai pas aimée, mais dont ce n’est pas l’avis le plus répandu.

Je ne suis pas de nature à vraiment m’investir si je n’aime pas, car ce serait tout simplement une perte de temps. Après tout, il y a tellement de livres et de bulles à lire que s’obstiner sur un écrit qui ne nous séduit pas – et que personne ne nous force à lire à part nous-mêmes – n’a pas vraiment de sens. Enfin, j’ai quand même décidé d’orienter les projecteurs vers une série que j’ai lu dans son intégralité et dont ainsi, je sais que mon avis est solide :

L’épée de Cristal de Jacky Goupil et Crisse (Cycle 1)

L’épée de Cristal est une série de héroic fantasy qui date du début des années 90 et qui rencontra un fort succès à l’époque. Zorya doit donc sauver son univers en régénérant le pentacle, symbole des cinq sens. De là part l’aventure …

Si je n’ai pas détesté l’œuvre, j’avoue qu’elle ne m’a pas vraiment séduite. Je n’ai jamais vraiment été prise dans l’histoire et j’ai donc simplement poursuivi, car je l’empruntais à la médiathèque et que ma sœur la lisait aussi. J’avais été quelque peu déçue, car je pensais sincèrement que j’allais aimer. C’est une lecture qui remonte maintenant, donc j’en garde surtout le souvenir d’une déception et d’une série qui ne m’a pas convaincue.

30 Days Of Comic Books : Day 28 – A title you like

Cette question (initialement A Favorite title) s’intéresse avant tout à la belle musique que le titre de l’œuvre joue. Comme une couverture, un titre participe à attirer et il ne faudrait pas sous-estimer son importance.

J’ai posé mon dévolu sur une série de Warren Ellis dont je viens justement de lire quelques numéros, et que malheureusement, ma médiathèque croit bon ne pas posséder la suite (non mais je vous jure franchement !).

Transmetropolitan écrite par Warren Ellis et illustrée par Darick Robertson

Série cyberpunk, Transmetropolitan suit le journaliste anticonformiste et autodestructeur Spider Jerusalem et ses assistantes Channon Yarrow puis Yelena Rossini, alors qu’il cherche à dénoncer les abus de pouvoirs, la corruption et d’exposer le monde tel qu’il est.

Pour le titre en lui-même, ce n’est pas comme s’il existait une définition, et en soi, j’aime cela, ce qui peut germer à l’esprit quand on l’entend et ce qu’il signifie pour la série.

30 Days Of Comic Books : Day 27 – The most surprising plot twist or ending

Le 30 Days of Comic Books s’approche de sa fin et il n’y a alors rien de surprenant à le voir lui-même vouloir s’arrêter sur un dernier retournement de situation ou une conclusion qui prend par surprise.

Je ne vais pas faire originale en la matière en posant de nouveau mon dévolu sur Watchmen, mais il faut aussi dire qu’il s’agit assurément d’un des moments majeurs de l’œuvre et qui symbolise aussi à sa façon pourquoi ce comic est tout simplement un chef d’œuvre.

À ce stade on ne parle plus de spoilers, alors je mets le fameux passage pour illustrer le message et sa réplique aujourd’hui culte : I did it thirty-five minutes ago.

Cette scène de Watchmen joue en plus avec un concept narratif que je déteste particulièrement : le moment où le méchant dévoile son plan avant la mise en action. Le procédé a quand même survécu pendant bien des années et si aujourd’hui, il est régulièrement tourné en dérision, il n’a pas disparu pour autant. Je peux comprendre la nécessité narrative d’expliquer au lecteur (ou au spectateur), mais je pense que si on en vient à devoir le faire sous cette forme, il faut se questionner et trouver une parade.

30 Days Of Comic Books : Day 26 – A book that changed your opinion about something

Dans la vie, il y a continuellement des choses à apprendre partout et les lectures ne font pas exception à cette règle. Dans le cas présent, il serait question d’un livre qui aurait changé mon opinion sur quelque chose. Je ne vais pas m’arrêter sur une bande-dessinée en particulier, mais sur un auteur : Garth Ennis (The Boys, Preacher).

Qu’est-ce que Garth Ennis m’a appris, vous demandez-vous, surtout si vous n’avez jamais lu un de ses comics ? Grâce à lui, j’ai réalisé que la frontière entre la qualité et le mauvais goût était loin d’être aussi épaisse que je le concevais. Mieux que cela en fait, je doute légèrement de son existence. Il est capable de faire le pire et d’en sortir le meilleur. Tout se trouve finalement dans la façon d’écrire. À l’arrivée, on peut tout faire si on sait comment bien le faire – j’imagine, c’est là que cela rate le plus souvent.

 

30 Days Of Comic Books : Day 25 – A character who you can relate to the most

Je suis un beau et unique flocon de neige, ne le saviez-vous pas ? Forcément, quand il s’agit de trouver un personnage qui me ressemble, cela s’avère une mission quasi-impossible.

C’est pourtant la question à laquelle je dois me plier et comme je suis assurément la moins calibrée pour y répondre (ou presque, je ne mens pas à ce point-là à moi-même, n’exagérons rien), j’ai tenté de me renseigner un peu avant de poser mon choix sur :

Wendy ‘Dub Dub’ Watson dans The Middleman

Ma vie est hautement différente et pas du tout trépidante, mais il se trouve que j’ai quelques points communs avec le personnage. Pas sa couleur de cheveux, mais le port des lunettes. Elle est artiste de passion (comprendre, cela ne paie pas les factures), et même si son art n’est pas celui avec lequel je m’exprime, nous avons quelques similitudes aussi de ce côté-là. Je serais assurément bien moins débrouillarde qu’elle et pas aussi impassible, mais j’espère honnêtement pouvoir posséder une petite partie de son self-control, voire de son indifférence. Et puis, Wendy lit des comics …