J’ai testé Les offres reconditionnées d’Amazon

Amazon
Après vous avoir parlé du programme « Amazon rachète », je reviens avec ce qui arrive après qu’Amazon a repris votre bien : la revente. Il va de soi, le géant ne laisse pas les objets prendre la poussière, il les revend sur Amazon Marketplace pour se faire de l’argent ! Je n’ai jamais perdu de vue l’esprit capitaliste de l’entreprise, et je dois bien le dire que son sens du business m’impressionne toujours.

Quoi qu’il en soit, j’ai une collection « Intégrale X-Men » très incomplète. Panini profite des 50 ans de l’équipe de super héros pour faire des rééditions et moi pour espérer dégoter quelques volumes. Pour le moment, ils sont occupés à remettre sur le marché des volumes que j’ai déjà.  On parlera de cela plus en détail un autre jour, vu que j’ai ressorti celle de 75-76 pour une relecture (les années précédentes ne sont pas en ma possession, mais je ne compte pas les acheter de sitôt, c’est les années 80 qui m’intéressent).

Lire la suite

J’ai testé le programme Amazon Rachète

De temps à autre, il m’arrive de vendre un livre car je n’ai pas trop aimé ou que je ne suis pas trop intéressée par regarder l’ouvrage prendre la poussière dans ma bibliothèque.

Le marché de l’occasion du livre n’est pas ce que je qualifierais de rentable, il s’agit plus ou moins de récupérer quelques pièces et c’est tout.

Récemment, Amazon a mis en place un programme « Amazon Rachète ». Je ne m’étais pas trop penché dessus, mais en voulant mettre en vente un bouquin, j’ai trouvé que le « prix de rachat » était plutôt sympathique et que cela me donnerait l’opportunité de voir comment cela fonctionne.

C’est dans l’esprit du système Amazon, d’une simplicité déconcertante. Vous suivez pas à pas ce qu’on vous dit, et vous avez peu de chance de faire une erreur. Pour le premier envoi, il faut une photocopie de sa carte d’identite et il y a une option si l’ouvrage n’est pas dans l’état attendu. J’avais choisi qu’on me le renvoie gratuitement (je ne sais plus quel est l’autre choix). De toute façon, mon livre, bien que lu deux fois, était en bon état et a été pris et ce, assez vite, vu que j’ai eu rapidement des nouvelles d’Amazon pour me signifier que j’avais un bon d’achat. Il n’y a pas à débourser un centime pour l’expédition, ce qui m’a aussi séduite dans la manoeuvre, je le confie.

Amazon, sans surprise, ne vous fournit pas d’argent en échange. Pour certains ouvrages, le bon d’achat m’apparait de vraiment trop petite valeur, mais après, c’est un avis personnel. Dans le cas présent, je ne pensais pas pouvoir en tirer autant sur le marché d’occasion (+8€ si vous voulez tout savoir), surtout qu’en vendant sur internet, malgré les FDP qui sont plus ou moins payé par l’acheteur, la commission du site a tendance à annuler cela et on gagne toujours moins qu’on l’espère à l’arrivée.

En tout cas, le bon d’achat est valable un an. Je pense bien évidemment l’utiliser avant !

Mademen sur Amazon

J’étais sur Amazon pour regarder les prochaines sorties de coffrets DVD/Blu-Ray séries, et c’est ainsi que mon regard a croisé Made Men, qui n’est pas une série, mais un film :

Pour tout dire, la semaine dernière, Amazon avait attribué les noms d’acteurs de la version américaine de Shameless au coffret DVD de la série originale anglaise. Si on passe le fait qu’il est difficile de confondre James McAvoy avec Justin Chatwin (ou un autre acteur d’ailleurs), ce petit méli-mélo devait, à mon goût, être dû simplement à une absence de connaissance qui peut être compréhensible. C’était peut-être un mec du service littéraire qui avait dû s’occuper de la base séries ce jour-là, allez savoir.

Dans le cas présent, Amazon a amalgamé Made Men et Mad Men.

Made Men est un film avec James Belushi et Timothy Dalton – qu’Amazon écrit Mademen – que je n’ai pas vu. Apparemment, le titre français selon Imdb est Fausse Donne. Il date de 1999.

Mad Men est une série qui se déroule dans les années 1950 avec John Hamm et Christina Hendricks (qui ne sont pas dans Made Men), et qui coûte bien plus cher que 7.99. Ce serait une bonne affaire de payer la saison ce prix-là.

Une lettre et tout un univers change :

Cher Amazon

Cher Amazon,

Merci de vouloir ma ruine financière à travers l’achat de produits culturels. Toi et moi nous sommes toujours parfaitement entendu sur ce plan-là. Depuis le temps, tu sais bien que je mets mes petits sous dans les livres et les films et que j’aime que cela me soit livrer dans ma boite aux lettres (je suis fainéante, et alors ?).

Par contre, tu sembles particulièrement mal informée : j’ai un lecteur Blu-ray maintenant, Amazon. Je me fiche donc éperduement de savoir combien la saison 1 de Sherlock peut bien coûter en DVD quand ladite série existe en Blu-ray.

Merci à toi de bien prendre en compte ce détail, c’est aussi important pour toi que pour moi, je le sais bien.

Cordialement,

C.