X-Men Vintage : L’intégrale 1979

X-Men Intégrale : 1979Alors que je signalais dans la précédente intégrale l’absence d’approfondissement pour les personnages, cela change dès 1979. Cette année se révèle donc vraiment divertissante, Claremont et Byrne s’intéressant aux états d’âmes des X-Men tout en ne négligeant aucunement la qualité des intrigues. Ce n’est peut-être pas trop le cas pour Diablo, mais son tour viendra.

Les X-Men, à l’exception de Jean Grey – ne vont pas directement retourner chez eux, faisant plus ou moins le tour du monde et atterrissant au Japon, là où Wolverine va rencontre son grand amour, Mariko. Si eux ne savent pas que Jean est en vie, cette dernière avec le professeur Xavier les croit aussi mort. Celui-ci s’en va alors dans l’espace avec Lilandra et, sans aucun doute, éloigner deux des plus grandes figures de l’univers X était ce qu’il fallait pour laisser la place à ce nouveau groupe X-Men pour s’épanouir.

Lire la suite

X-Men Vintage : L’intégrale 1977-1978

X-Men Vintage : L’intégrale 1977-1978Les aventures des X-Men se poursuivent avec une intégrale un peu plus grosse (246 pages). Peu de répit pour l’équipe de Charles Xavier car même en vacances, elle se retrouve dans les ennuis.

À l’exception de quelques passages qui sont là pour leur offrir justement le temps de souffler, les choses s’enchainent assez vite et sont diversifiés :  Les X-men affrontent ainsi Magnéto, Eric Le Rouge, la guarde impérial Shi’ar, s’associent avec les Starjammers et se retrouvent en Terre Sauvage.

Si les aventures sont mouvementées, cela laisse finalement assez peu de place à des développements pour les personnages qui restent assez basiques et leurs réactions en ressortent répétitives. Le comportement de Wolverine et les rapports avec autrui m’ont fatigué au bout d’un moment, de même que les réflexions sur les nouveaux pouvoirs de Jean (maintenant Phoenix). On ne peut donc pas dire que l’approfondissement psychologique soit très présent, au contraire. Cela est en plus accentué par le style d’écriture de l’époque.

Enfin, la série s’affirme tout de même, et la dynamique de groupe est de plus en plus efficace.

X-Men Vintage : L’intégrale 1975-1976

X-Men Intégrale : 1975-1976J’avais dit que j’écrirais quelques mots sur les intégrales X-Men au fur et à mesure de ma (re)lecture. Je commence donc avec 1975-1976, la première intégrale que j’ai acheté et de laquelle je conservais un souvenir peu mémorable. Pour le coup, c’était mieux que ce que je me rappelais, même si les premières histoires sont de qualité plus que médiocre. Cela prend forme par la suite.

Panini avait à l’époque choisi de commencer les intégrales X-Men à cette période, car c’est un tournant dans l’histoire, avec un changement d’équipe. C’est donc un bon point d’entrée pour peu qu’on puisse passer outre les gros défauts narratifs de l’époque – c’était particulièrement didactique et descriptif.

Notez que cette intégrale n’est pas très épaisse (208 pages), mais que dès la suivante, cela augmente (ce qui ne justifie aucunement le prix de la réédition).

Un Roi Magicien, des X-Men et prêt vacances…

Le Roi Magicien

voici un petit billet fourre-tout orienté un peu sur mes activités de lectrice, et je commence par le fait que j’ai gagné sur le blog de L’Atalante un exemplaire du livre Le Roi Magicien. J’avoue ne pas avoir lu le premier tome de la série de Lev Grossman, Les Magiciens, mais il se trouve que c’est un auteur que je voulais découvrir, alors je suis ravie ! C’était la première fois que je participais en plus, je crois. Je vais tenter de me procurer le premier dans un futur plus ou moins proche, ayant l’impression que c’est important de l’avoir lu avant. J’espère faire mieux qu’avec Freedom, que j’ai aussi gagné sur le net et que je n’ai toujours pas lu (je compte bien le faire à un moment !).

Lire la suite

Recaster les X-Men

Allez savoir pourquoi, ces derniers temps, j’ai vu du monde s’amuser à recaster les X-Men au cinéma. La plupart du temps, je trouve les choix franchement discutables, au point de me demander si les gens qui écrivent ont vraiment vu les films et lu un minimum la bande dessinée. Pour le coup, j’ai décidé de me plier à cet exercice, qui va bien entendu me demander beaucoup trop de temps, car je ne suis pas du tout douée pour ça !

Cyclope/Scott Summers

La version papier / La version filmique / Le recasting

Incarné par  : James Marsden dans la franchise.
Recasting : Noah Huntley

Si à l’époque des films, je n’aimais pas trop l’acteur, je dois bien dire qu’aujourd’hui, le choix de James Marsden n’est pas si mauvais que cela, surtout qu’il a fait ce qu’il pouvait avec ce qu’on lui a offert.

Je ne suis pas plus que cela familière avec le travail de Noah Huntley bien que je l’ai croisé à plusieurs reprises (et récemment dans le plus qu’oubliable Blanche Neige et le Chasseur). Je l’ai choisi, car je trouve qu’il a la tête de l’emploi tout simplement.

Lire la suite

My World of Comic Books : X-Men

Quand j’étais plus jeune, je regardais le dessin animé X-Men – celui des années 90. Il parait qu’il a pris un méchant coup de vieux, mais j’avoue ne pas avoir réussi à me replonger dedans (je crois en effet craindre qu’il a plus que pris un méchant coup de vieux). Quoi qu’il en soit, c’était avant que je mette le nez dans mon premier comic book dédié aux X-Men, des années plus tard, aidé par l’arrivée des super-héros au cinéma.

C’est connu, pour se lancer dans X-Men, il y a deux façons :
– Vous prenez en cours, qu’importe à quel moment de l’histoire vous êtes. Vous vous jetez dans la bataille et, à force, vous trouverez vos marques.
– Vous profitez d’une énième réorganisation des titres pour commencer, ou vous utilisez les i majeures pour mettre le pied à l’étrier.

Lire la suite